Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 03:48

..je parcours ces pages et tombe sur un article qui m'interpelle(..dazibaoueb..)..il concerne un centre d'accueil aux réfugiés situé au 92 du boulevard Ney, dans le 18ème de Paname...

aujourd'hui, premier jour des soldes...pas de pognon mais je décide d'en profiter!..ils font 20 pour cent sur toute la boutique dans laquelle je viens de rentrer!..j'en suis de 2 thermos..juste à côté, le supermarché, là, le prix du café moulu et des gobelet en plastoc ne subit aucune ristourne, m'en cogne, je prends et m'en retourne, plaie d'argent ne serait pas mortelle, alors je peux surement saigner encore un peu plus, c'est ma banquière qui fera la gueule, elle me fera sa crise, j'aurais un lien sur internet comme excuse avec des tofs toutes péraves!?...je peux pas lui raconter que je fais de la pige photo pour paris match vu le poids de mes mots et le choc des photos plutôt assez troubles et bien vides de sensationnel à suivre..

aujourd'hui comme beaucoup d'autres de mes journées, c'est les boules qui m'animent, sans que j'ai besoin d'y réfléchir je me dis qu'il faudrait peut-être faire quelque chose, que c'est nécessaire, et si ce soir, quand j'irais me coller sous mes draps, je mets encore autant de temps à trouver la paix d'un sommeil réparateur, je sais que d'autres veilleront, dans ce foutu froid d'ici, à des milliers de bornes de chez eux, pour obtenir un ticket, pour pouvoir se faire recevoir demain et tenter d'entâmer des démarches pour un statut, et va pas falloir bouger!.. celui de demandeur d'asile...mais bordel, ça caille!!..

...je me suis pointé vers les 15h, avec mon litre et demi de café...

à cette heure-là, les portes sont ouvertes, les principales s'entend, et pas de queue, on rentrerait comme dans un moulin, c'est normal, l'entrée principale c'est pas l'entrée pour les demandeurs d'asile, la leur est fermée jusqu'à demain matin...il y a juste 3 asiatiques, ils sont au taf, avec ce qui traine de carton au sol, de bâche plastique de fortune, ils préparent leur abri pour la nuit, ils retapent comme ils peuvent le résidus de paravent restant du matin ..et là c'est certain, ils risquent fort de se peler les miches costaud avec un thermomètre à moins de zéro!..mais ils arrivent encore à sourire, à plaisanter dans leur langue pendant leur bricole, qui sera rapide, avec peut on peut faire pas mal!...après cette tâche partagée avec entrain, plus un mot, ils commencent à attendre, silencieusement et serrés...

devant l'entrée, la principale donc, warning pour le car de keufs, les feux clignotants quoi, 4 poulets à l'intérieur (normal vu comme ça caille, la volaille sait où il fait chaud..), dans le centre, j'entends une fois le hall de cette entrée passée, ils sont au moins aussi nombreux de ce que j'en vois, en tout cas "en tenue", il y a aussi les "civils" et leur brassard orange..de temps en temps un sort du véhicule pour cramer son clopo..ils y auront passé tout le temps de ma maraude, au chaud, payés à rien foutre aujourd'hui, surement des méritants!?..je dois être mauvaise langue avec des arguments si vils...

..j'y suis de mon approche, je baragouine en anglais que j'ai du café chaud pour eux, ils semblent de rien comprendre, je remplis les gobelet et leur tend mais ils n'en veulent pas, je sors un peu de bouffe, idem, je me dis qu'ils doivent ne pas avoir confiance, j'en suis pas étonné, je précise que le café est gratos, que c'est parce qu'il fait froid, que ça leur ferait du bien..rien à faire..pour remettre au clair, c'est pas avec la police que se déroule la scène décrite, pas de confusion surtout, ce sont des hommes comme tout le monde, la preuve, eux aussi peuvent avoir froid et mériter un bon kawa!..mais pas là nan..

je reste m'assoir sur un banc on ne peut faire plus proche et je décide d'attendre, comme eux, dans le froid et les courants d'air qui descendent et remontent les maréchaux..tous égaux au moins dans le sens du vent, ça pourrait presque faire chaud au coeur!...

arrive alors un couple, d'autres asiatiques, on arrive à mieux se comprendre mais eux aussi refusent mon café, je pense qu'ils croyaient qu'il leur fallait payer, je ressors mes gobelets et leur colle plein dans les paluches, ils se mettent à converser avec les trois premiers, j'y suis de ma tournée, celle-ci enfin aboutie...ils semblaient se connaitre tous les cinq, les derniers semblant venir aux nouvelles avant de repartir de leur côté, c'est après leur jactance que les en-tête de file ont accepté la boisson chaude qui avait déjà aussi perdu quelques degrés, à l'instar de l'air ambient déjà bien bas...

le froid se fait de plus en plus vif, la nuit tombe, et avec elle l'arrivée d'autres compères, originaires du bengladesh ceux-là..ils sont deux et acceptent ce que je leur tend, en sus de mon plus beau sourire..et là c'est moi que ça réchauffe enfin!..ils comprennent mieux mon anglais pourri..ils acceptent plus vite, moins de barrières, de la langue en tout cas..

il est pas loin de 18 heures, il me reste un thermos à écluser, mais je pense m'être quelque peu fait arnaquer, 12heures au chaud marqué sur l'emballage du récipient, mon cul ouais!..mon café est à peine tiède à présent, il faut dire qu'à le laisser posé sur ce banc quand j'y avais pas mon cul dessus n'a pas du y être pour rien...j'ai les mains gelées malgré mes gants..et eux sont peu à en porter, ils auraient dû faire gaffe à la météo quand même, on l'a dit qu'il ferait grand froid!..

..là-dessus arrive un jeune malien, café, causette, ce soir, il vient passer la nuit ici pour son frère, lui le rejoindra demain matin prendre sa place dans la queue qui commence donc à compter 6 personnes ...le jeune homme m'explique que d'autres vont commencer par arriver, que le manège va durer jusque tard dans la nuit, que parfois il y a des bagarres si l'un ou l'autre quitte la queue pour une raison ou une autre et tente de reprendre l'ordre où il se trouvait, que parfois c'est la police qui vient "vérifier" que tout se passe sans encombres durant la nuit..il me dit qu'une nuit d'attente est souvent infructueuse, peu seront effectivement reçu le lendemain, faut revenir.. il me précise que parfois des gens du quartier font comme moi, mais pas toutes les nuits, il a une pêche et une confiance incroyable, il aime la france, il a prévu lui, il est bien couvert...

il me reste presque plus de jus, je leur laisse mon paquet de gateaux, ils se le partagent et me renvoient tous leur sourire et un signe de la main quand je les salue...je prends tout ça, égoistement, à défaut d'avoir pu trouver d'autres de mes semblables avec qui partager ma peine et la leur en expliquant aussi la colère qui m'aura fait dépenser et mon temps et mon pognon de façon si compulsive...

je rentre chez moi, une bonne heure de transport pour retrouver la chaleur de ma baraque et mes gosses...mais cette boule en travers du gosier est toujours là!..quelques des mes Amis m'auront parlé de la honte ressentie d'être loin d'ici sans pouvoir agir, et bien moi je leur dis que cette honte je l'ai aussi ressentie en étant quelques heures sur place, honte de vivre dans ce pays où les gens seraient franchouillards et volontaires, en plus d'être frères, libres et égaux, honte d'avoir eu la sensation de "mépriser" un bon paquet d'autres, plantés ailleurs sur ou sous d'autres cartons, avec ou sans papiers, qui avaient tout autant besoin de chaleur et d'échange, honte de chialer au lieu de gueuler ma rancoeur à l'adresse des lardus en secouant leur panier à salade.. où sont les gens qui prétendent être "touchés", qui se sentent "concernés", qui croiraient à des valeurs de justice et de solidarité?!!..

..honte à nous qui ne sommes pas foutus, tout du moins, d'essayer!?!..ah ben zut de flute alors..

..ce soir je suis chez moi, je ne pense pas pouvoir passer la nuit à rêver, j'ai l'estomac retourné et encore plus de rage qu'en partant cet aprèm'...faudra que j'y retourne, qui m'accompagne la prochaine?!...faudra prévoir à bien se couvrir, la nuit c'est pire le vent, et là au moins, contrairement aux clichés rapportés, vous y verrez probablement du monde...maintenant, si c'est pour un rencard, alors faut voir, parfois vaut mieux m'avoir en photo...

 

 

 

 

 

..sur l'extrème droite, par effet de style, le car de keufs qui n'a pas bougé d'un poil durant mes trois heures de maraude...là en fait, juste à la sortie latérale du véhicule , c'est l'entrée, mais pas celle des demandeurs d'ailleurs, cette lourde est faite pour "les étudiants et les permis" dixit une employée sortie par cette entrée..la queue commence en fait là où se trouvent les cartons de la photo suivante...et elle commence même sous ces cartons..

..l'abri de fortune des premiers de la file...sous cette baraque en mou se trouvent donc les réfugiés asiatiques, ils sont trois là-dessous à lutter contre le froid, je ne pèse pas mes mots.. de ce point de vue, en tournant la tête à droite, un tunnel, couloir idéal à courant d'airs provoqués par la circulation..d'ici si tu veux traverser dans les clous, faut faire 100 m à gauche, au moins 200 à droite...rien sur cette parcelle du boulevard, pas un passage piéton à feux tricolores à moins d'un paquet de mètres dans les deux sens..encore personne d'autre dans la file..la rangée de barrières sur la gauche compte au moins autant que l'alignement des barrières visibles, ça en fait un sacré pacson en longueur... il est encore tôt, mais sur mon départ, quelques arrivants prenaient place derrière les bengalis et le frère malien que l'on ne voient pas ici; même physiquement présents et visibles, c'est tout comme s'il n'y avait personne..il semble que les passants du coin voient la même image que vous ci-dessus, des barrières, des cartons, des baches plastoc agitées par le vent, les restes de bouteilles de flotte parfois obstacle à leur bonne marche assurée, tous ces lambeaux de cartons au sol qui dégueulassent la chaussée, il faut regarder où mettre tes pieds pour pas risquer la glissade...

..c'est par ici que seront "accueillis" les demandeurs demain matin...les premiers de la file bien entendu, les réfugiés qui occupent la cabane écolo bio-dégradable en carton ondulé mouillé..ça se passe juste derrière le 2ème panneau du portail, ce portail qui est en fait un sas, puisqu'un deuxième fait de la sorte se trouve quelques mètres après celui ici vu...cette porte fermée, c'est ce à quoi ils rêveront éveillés, et combien de jours de cauchemar avant, et ensuite?...de toute manière, si ça se passe bien, ceux-là on en entendra plus parler, et puis si ça se passe mal, ceux-là, on en entendra plus parler...alors imaginez donc un peu l'effet que ça fait d'avoir l'impression à la finale de faire ces choses-là pour rien!.. heureusement qu'au moins on est chez nous sans avoir la nécessité de simplement penser devoir faire quelques milliers de bornes pour vivre mieux!...

...sur ce, c'est à vous maintenant de pouvoir passer la journée à vous demander, en mettant absolument toutes autres considérations quelles qu'elles soient, si vous seriez capable de passer une nuit comme cette dernière aux quatre vents, avec peut-être que dalle au bout, parce que si c'est le cas, alors fixons donc un moment pour une longue nuit!.. je serais du genre insomniaque en ces temps et tout ce qui dérange mes tripes..vous croyez qu'c'est grave?...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nosotros.Incontrolados-Les Amis du Négatif 07/01/2010 11:41


Actualités > Politique

publié par les amis du négatif (http://nosotros.incontrolados /les amis
du négatif) Aujourd'hui 11H25 


92 Bld NEY: Fiançailles de l'iniquité, du scandale , du dégoût: triste sésame!!!

Auteur : steph.K +
Deufr - Source : http://descendre-de-l-arbre.over-blog.com...



Notre potos qui s'est lui aussi gélé Boulevard NEY nous a écrit vite fait son témoignage et nous a également rapporté quelques toph délibérément
minimalistes soulignant aussi de cette façon toute l'étendue galciale de ce no man's'land....


Il y a poireauté des heures durant, pas un quidam ne sera venu tenter ne serait-ce qu'un geste de soutien, de réconfort, de doute sur cette putain de
fRance de Taire l'exil...fRance terre de parias à achever, fRance de mes fesses....fRance que
je hais et que je nique!!!


Ceci en dépit de "l'invitation" postée ici même, et aussi par mailing liste...Deufr s'est retrouvé solo en plein zef, devant les keufs, la misère et les
solitudes regroupées. dans le séparé...la fraternité, la soldarité est généralement absente de ces files d'attente dans lesquelles domine la rêgle du "chacun pour soi"...


Deufr a dit qu'il y retournerait, ce soir peut-être....dès 18H....








..c'est par ici que seront "accueillis" les demandeurs demain matin...


Si t'as le malheur d'aller seulement pisser, tu ne retrouveras pas ta place initiale....elle t'aura été
chipée par un autre qui s'y aggripera....


La longue marche depuis la Chine ou le Mali, depuis l'Afghanistan parsemée de pièges divers, d'immondes rackets, de dépouillages, d'agressions, de mépris, de
traques, de rafles, d'arrestations, aura sans doute mis à mal le concept de fraternité, de solidarité, de liberté  entre les demandeurs d'asile dans une france d'alénés, concept qui ici a
déjà disparu depuis bien plus longtemps encore.....Depuis quand???


Steph.


Voila:  c'est là, du vivant, du lourd:


http://
descendre-de-l-arbre.over-blog.com/article--cafe-chaud-boulevard-ney--42464695.html



La réalité est ce qui s'inscrit en négatif des apparences.La publicité du négatif résidant en toute chose est un acte de sabotage salutaire, humoristique et heuristique de tout ce qui est.



Auteur : steph.K + Deufr - Source : http://descendre-de-l-arbre.over-blog.com...   1 vote(s)


Présentation

  • : ..un blog d'un deufr ...
  • ..un blog d'un deufr ...
  • : ..si évoluer c'est s'élever et finir par se retrouver coincé sur une branche qui risque de péter chaque fois que tu bouges, si ce terme de "révolution" signifie juste tourner autour de...alors je préfère descendre et marcher vers ce qui, de toutes manières, attend, ..ça craque dans ces vieilles branches oû on s'accroche... ..comme en terre? errer?..Actions!!..
  • Contact

Profil

  • deufr
  • ..une gueule pour l'ouvrir, des mains pour tenir des outils, des pattes pour parcourir, un cerveau pour réfléchir..on's'bouge alors!...
  • ..une gueule pour l'ouvrir, des mains pour tenir des outils, des pattes pour parcourir, un cerveau pour réfléchir..on's'bouge alors!...

Recherche

..ça Prend La Poussière!..